Maintenant sur FaceBook

Aménagement paysager


Les Jardins d'eau (05-07)    Les jardins d'eau (04-07)

Les jardins d'eau (03-07)    Jardin d'eau (10-06)

Les jardins d'eau (05-07)

Vive le printemps!

Vraiment c'est ma saison préférée. J'ai hâte à ma retraite pour pouvoir en profiter chez moi. Pour le moment je me paye le luxe de pique-niquer dans un jardin différent à chaque jour...

Je ne parlerai pas longtemps des dégâts de l'hiver car il n'y a rien eu de majeur. Deux choses reviennent souvent dans mes observations; les branches d'arbres cassées soit par le verglas de décembre ou par les derniers grands vents et les branches d'arbustes noircies par le vent et le gel. Rarement par contre les plantes seront condamnées, une bonne taille corrige la situation.

Je continue donc ma série de chroniques sur les bassins d'eau. Le mois dernier, je terminais en abordant la notion de marais filtrant, voilà comment je définis cet important élément d'un jardin d'eau.

Ce marais est un petit bassin adjacent au bassin principal où l'on fait circuler continuellement une petite quantité de l'eau de notre jardin aquatique dans un système de drain sous une mince couche de terre pauvre. Dans ce substrat seront plantés des végétaux dont les racines filtreront les éléments minéraux de l'eau. Ce système est aussi utilisé à plus grande échelle pour filtrer l'eau dans certaines municipalités ou dans des champs d'épuration. Il a de multiples avantages pour aider l'équilibre biologique de notre jardin d'eau. En écologie on nous apprend que les milieux humides sont un élément essentiel pour la vie. En plus de filtrer l'eau, un marais est l'endroit idéal pour le développement de la faune et de la flore. À grande échelle, on ne protège pas assez les milieux humides naturels, cette hérésie collective finira par nous coûter très cher...

À plus petite échelle, le marais filtrant est l'ingrédient majeur pour vous faire apprécier votre jardin d'eau. Le marais n'est pas qu'un accessoire. Vous pouvez le jardiner. Les plantes de ce marais doivent retirer le maximum des minéraux de l'eau qui circulera dans un système de drain. Le choix des plantes qui peuvent faire le travail est vaste. Vous devez consacrer au moins 15% de la grandeur du jardin d'eau à votre marais. Vous pouvez même dans des espaces réduits ne faire qu'un marais pour le plaisir de faire croître des plantes hydrophiles.

Même si j'ai utilisé ces trois dernières chroniques pour vous parler des jardins d'eau, je n'ai fait qu'un survol des plaisirs. Il est vrai que c'est un choix important, qu'il est difficile de revenir en arrière après que la construction de l'infrastructure d'un bassin est faite, mais la fraîcheur de l'eau, le bruit du ruissellement, d'une petite cascade, voir les oiseaux s'approcher, les poissons se reproduire etc. Je suis convaincu que ce coin de votre terrain deviendra votre endroit préféré...

Chanceux! Vraiment j'ai hâte à ma retraite...

Benoît Landry Jardinier Horticulteur benoitlandry@ca.inter.net

Haut de page

Les jardins d'eau (04-07)

Alors le printemps, ça s'en vient...

Excusez mon entrée en matière, mais au moment où j'écris ces lignes, il neige. J'aime beaucoup le printemps et j'aime le voir s'installer tranquillement sans retour en arrière et sans le court-circuiter non plus comme l'an dernier. Mes observations jusqu'à maintenant ne semblent pas me démontrer que l'hiver a fait beaucoup de dommages. Le mois prochain je serai plus en mesure de revenir pour en faire un petit bilan.

Pour faire suite à ma chronique de mars sur les jardins d'eau, je m'attarderai aujourd'hui à un deuxième aspect qui doit être considéré, comme le budget, avant même de choisir l'emplacement, la grandeur ou les objectifs visés, soit, l'entretien qu'apporte ce genre de structure vivante. Autant avoir une belle pelouse ne peut se faire sans risquer d'avoir des mauvaises herbes et/ou des parasites, un jardin d'eau mal préparé ou mal entretenu recèlera sa part de problèmes. Ce qui est le plus courant ce sont les algues filamenteuses qui prospèrent mieux dans les eaux chaudes, mal oxygénées et riches en minéraux. Les solutions chimiques existent comme pour les gazons; des algicides. Si on veut prévenir, des choix dans le mode de construction, profondeurs, accessoires, poissons peuvent se faire.

Pour diminuer les eaux chaudes, cachez une masse d'eau importante des rayons les plus ardents du soleil de midi. Les moyens sont multiples pour se faire, ombragez par un arbuste ou une structure genre treillis la partie profonde du bassin, installez dans le bassin de très grosses pierres qui deviendront aussi des ponts (et fourniront des caches pour les poissons) ou faites circuler dans un chauffe-eau solaire (à grands conduits) l'eau du bassin pendant la nuit.

Pour oxygéner l'eau, il est nécessaire, et agréable, de la faire circuler en la brassant dans une cascade, une chute, un jet. Ces éléments utilisent par contre l'eau avec une épaisseur d'eau réduite, susceptible de se réchauffer, alors essayez de les placer à l'ombre. Il existe aussi sur le marché un bon choix de plantes oxygénantes. L'oxygénation est également très efficace avec l'aide d'une pompe qui souffle de l'air frais dans le bassin l'été et fournit de l'oxygène aux éventuels poissons sous la glace, l'hiver.

Pour diminuer l'apport d'éléments minéraux dont les algues se nourrissent, nous devrions éviter de mettre de la terre dans le fond du bassin, tout en ramassant les débris végétaux, en mettant les plantes dans des pots et en évitant de nourrir les poissons afin qu'ils s'alimentent des algues. On peut aussi récolter l'eau de pluie moins riche que celle du fleuve lorsqu'il est nécessaire de relever le niveau d'eau du bassin mais la solution la meilleure est de créer un marais filtrant.

Je dois vous laisser ici car l'espace me manque, je reviendrai le mois prochain pour vous parler du marais filtrant et continuer l'analyse. D'ici là je vous invite à consulter le livre de Danièle Bilodeau Le Jardin d'eau Une vision écologique, si le sujet vous intéresse.

Benoît Landry Jardinier Horticulteur benoitlandry@ca.inter.net

Haut de page

Les Jardins d'eau (03-07)

Bonjour, l'hiver tire à sa fin. Vous avez plein de nouveaux projets horticoles. La conférence de Monsieur Martel en février vous a donné des idées. J'arrive peut-être au bon moment pour vous aider à planifier votre "rêve aquatique". Je vais essayer de vous soumettre quelques questionnements avant que vous ne commenciez à creuser, car un projet mal planifié pourrait devenir un sérieux paquet de problèmes et au contraire bien planifié, fonctionné avec un minimum d'intervention, agréable à voir, entendre, sentir, toucher voire même si baigner. Quant au sens du goûter, rarement un jardin d'eau est fait dans ce dessein, les amateurs de rizière contactez-moi je suis curieux... Un jardin d'eau pourrait également augmenter la valeur marchande de votre propriété ou prendre la place d'une piscine maintenant peu fréquentée ou endommagée.

Au nombre des questionnement, il y a l'emplacement: beaucoup de soleil permet beaucoup de plantes à fleurs mais occasionne aussi un réchauffement de l'eau favorable au développement d'algues. Les buts visés: comme dans une plate-bande traditionnelle: est-ce pour s'amuser ou pour améliorer l'apparence du jardin "sans trop d'entretien", pour se baigner dans un environnement aux apparences moins bétonnées ou diminuer la surface de gazon et réintroduire de la sauvagine (oiseaux, grenouilles...) L'entretien: cela ne se fait pas tout seul mais avec des bons choix, on peut s'amuser sans trop d'effort.

Je vais reprendre ces questionnements un à un dans mes prochaines chroniques de façon à être plus concis et de meilleur aide mais ce matin je vais aborder un premier critère qui a habituellement une certaine importance : le budget.

De façon générale, les projets peu dispendieux, c'est-à-dire avec moins de 1000$ de matériel sont des projets que je qualifierais de temporaires, souvent avec du matériel préfabriqué. Ce peut être une façon de s'initier avant de s'embarquer dans des projets plus importants ou être conscient que c'est un élément décoratif comme une balconnette que l'on devra souvent vider à l'automne, changer d'eau etc. Comme dans tous les projets horticoles si vous réalisez tous vos travaux vous-mêmes, il vous en résultera une économie d'au moins 50 à 75%. À mon expérience les projets comprenant bassin, fontaine ou cascade coûtent régulièrement 3000$, même à ce prix, les acheteurs font souvent une partie des travaux et sont livrés pas très "habillés". Cela ne veut pas dire qu'il n'y a pas de projets valable et durable sous ce prix, mais nous devrons faire des choix, j'y reviendrai en avril.

En somme, si nous voulons un bassin moindrement élaboré, il n'est pas rare que la facture s'approche des 5 chiffres, quant on sait par exemple qu'une pompe peut s'acheter 1500$... À ces coûts, une consultation auprès de quelqu'un qui en a déjà fait est un bon investissement.

Bonne fin d'hiver!

Benoît Landry Jardinier Horticulteur benoitlandry@ca.inter.net

Haut de page

Jardin d'eau (10-06)

En fin de compte la sécheresse appréhendée en début de saison ne s'est pas vraiment matérialisée. Une belle fin de semaine d'Action de Grâce se termine, il est temps de se préparer à la saison froide, changements climatiques ou non...

D'une façon assez générale, les fleurs annuelles se sont pleinement épanouies durant tout l'été. Pour ma part je suis encore dans un gros projet, un bassin d'eau... baignable. Mes clients ont décidé de joindre l'utile à l'agréable : avoir un espace de baignade, qui ne nécessitera pas de produits chimiques pour l'entretien et qui s'intègre mieux dans un jardin qu'une grosse structure de béton.

Le défi est intéressant, je vous reviendrai un de ces jours pour vous donner des détails, en attendant pour les personnes qui ont des bassins d'eau sur leur terrain, que faire à l'automne pour se préparer. Le nettoyage consiste surtout à ramasser les feuilles qui tombent et les plantes tropicales car il faut éviter que s'accumulent en trop grande quantité les sédiments dans le fond du bassin. Certains livres parlent de vider le bassin de son eau pour ramasser les sédiments lorsque ceux-ci sont trop importants. Normalement cette opération ne devrait se faire qu'aux 3-4 ans, si on évite l'accumulation par de l'écumage régulier et si un véritable équilibre biologique s'est établi dans le bassin. Autrement dit l'eau est claire sans avoir besoin d'ajouter des produits pour contrôler les algues, ce qui est possible.

Dans le cas où cette opération est nécessaire, il faudrait le faire lorsque le sol environnant s'est asséché pour éviter qu'un sol détrempé se détache des parois et s'effondre dans le bassin, chose rare mais possible. Les plantes plus fragiles à nos hivers peuvent souvent survivre si on les installe dans la partie la plus profonde (au moins 36 pouces d’eau). Les poissons peuvent aussi survivre s'ils ne s'asphyxient pas. La façon la plus simple d'y arriver est d’installer à proximité une pompe qui envoie continuellement de l'air dans le bassin même si celui-ci est couvert de glace.

Pour terminer il reste les pompes : d'une façon assez générale il faut remiser celles-ci, à moins comme le suggère quelques experts consultés, qu’elles soient dans un fond très profond (près de 5 pieds).

Alors je retourne profiter des belles journées qui restent et me reposer lors des journées pluvieuses pour faire le bilan de l'année.

À la prochaine!

Benoît Landry Jardinier Horticulteur benoitlandry@ca.inter.net

Haut de page